Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Cahiers de l'ACME

Articles avec #logiciels - synthetiseurs

Des cuivres légers, légers...

7 Avril 2005, 23:00pm

Publié par rb

Après s'être taillé une réputation dans le domaine de la modélisation de synthétiseurs analogiques, Arturia se lance dans la modélisation d'instruments acoustiques avec Brass, développé grâce au concours de l'IRCAM. Ce logiciel propose plus précisément l'émulation de trois instruments : trompette, trombone et saxophone. Deux modes de jeu sont proposés : le premier est un mode de jeu classique dans lequel on déclenche les sons à partir d'un clavier ou d'un séquenceur MIDI. Le second, appelé "riff" permet de jouer des phrases musicales tirées d'une bibliothèque livrée avec le logiciel, phrases dont on peut ajuster le tempo ou la tonalité. De plus, le mode riff autorise le déclenchement de ces séquences également par MIDI. Les riffs sont modifiables dans une fenêtre de type "rouleau de piano mécanique". Et si le bon millier de riffs fourni ne vous suffit pas, l'importation depuis des fichiers MIDI (de même que l'exportation) est possible.

L'intérêt de recourir à de la modélisation physique plutôt qu'à des collections d'échantillons est, hormis l'économie d'espace disque, l'accès en temps réel aux paramètres de la synthèse. On a accès à huit variables pilotables par MIDI : attaque, pression, hauteur (pour les legatos, falls et l'expression), timbre des instruments, niveau de bruit dans le son, vibrato, position de l'instrument par rapport au microphone, sourdines (pour la trompette et le trombone). L'instrument autorise le jeu en choeur jusqu'à quatre voix. En outre, la création d'ensembles est aidée par une fenêtre autorisant le positonnement spatial de chaque voix.

Voir les commentaires

Lancement de Reaktor 5

5 Avril 2005, 23:00pm

Publié par rb



Déjà la cinquième version de Reaktor, la bonne à tout faire de la synthèse. Native Instruments a encore fait singulièrement progresser son logiciel-phare avec la Core Technology, sur laquelle NI travaille depuis près de trois ans. Celle-ci autorise la création d'unités à un niveau encore plus fondamental qu'auparavant. En clair, elle rend possible la création de nouveaux modules par l'utilisateur lui-même et ce avec un environnement graphique dédié. Ces modules sont compilés au moment de leur utilisation par le logiciel, de manière à offrir de bonnes performances. L'autre grande nouveauté de Reaktor 5 est la personnalisation graphique des tableaux de commande, qui est désormais totalement libre grâce à l'utilisation de "skins". Et bien sûr Reaktor 5 inclut de nouveaux modules, notamment des générateurs d'enveloppes façon Absynth, c'est-à-dire autorisant de multiples pans et la lecture en boucle. Son prix de vente sera d'approximativement 500 euros, une mise à jour depuis Reaktor 4 étant proposée pour un tiers de ce prix à peu près.

Voir les commentaires